Société Française de Mycologie Médicale > Groupes de travail > > Risque environnemental fongique

Risque environnemental fongique

Rédigé le 29/05/2022

Les travaux de construction ou de rénovation des établissements de santé sont potentiellement source de risque de contamination environnementale, aussi bien de l'air (mise en suspension de spores de champignons filamenteux par majoration de l’empoussièrement) que de l’eau (contamination par des bactéries, directement ou par stagnation).

Les techniques actuelles, dont la biologie moléculaire, ont permis d‘incriminer des sources environnementales à l’origine d’infections nosocomiales. Parmi celles-ci les infections fongiques invasives dues aux champignons filamenteux, tels qu’Aspergillus sp., restent des infections graves malgré les progrès thérapeutiques récents.

La Société française de mycologie médicale (SFMM) et la Société française d’hygiène hospitalière (SF2H) se sont entourées d’experts dans le domaine (mycologues, hygiénistes, infectiologues, hématologues et ingénieurs) pour élaborer et mettre à disposition des établissements et des acteurs impliqués ce guide technique sur le risque environnemental fongique en établissement de santé au cours des périodes de travaux. Son objectif est avant tout d’apporter des éléments pour identifier le risque et mettre en place les mesures de sa gestion.

Parmi les aspects nouveaux abordés, citons la mise en place d’une étude d’impact d’un chantier sur le risque infectieux associé aux champignons filamenteux (préalable à l’identification des mesures de gestion du risque) et la proposition d’indicateurs (pour le suivi de ces mesures). L’accent est également mis sur un des points essentiels qu’est l’organisation d’une collaboration pluridisciplinaire (et la définition des domaines de responsabilité) avant, pendant et à la fin des travaux.

Télécharger "Risque infectieux fongique et travaux en établissement de santé : identification du risque et mise en place de mesures de gestion" en pdf.

Mots-clefs : contamination, hôpital, hôpitaux, maladie nocosomiale, mycose

Retour haut de page