Société Française de Mycologie Médicale > Historique de la SFMM
Plus d'infos sur la SFMM

Historique de la SFMM

Historique Mycologie Médicale France

C'est en 1956 que naît officiellement la Société Française de Mycologie Médicale. Elle est la concrétisation des efforts menés depuis 1946 par un groupe de travail issu du service de mycologie de l'institut Pasteur dirigé par le professeur Joseph Magrou. Ce groupe, animé par Gabriel Segretain, Edouard Drouhet et François Mariat, est déjà l'initiateur du cours supérieur de mycologie médicale en 1953 et de l'International Society of Human and Animal Mycology (ISHAM.) en 1953 à Rome (officiellement en 1954 à Paris) qui consacre la séparation de la mycologie médicale des disciplines auxquelles elle était auparavant rattachée : botanique, dermatologie, bactériologie ou parasitologie.

Rédigé par E. Drouhet, mis à jour par C. de Bièvre.

Création

Avec une trentaine de mycologues francophones, le groupe décide, dès 1953-1954, de constituer la Société Française de Mycologie Médicale dont l'existence légale est reconnue en 1956 et célébrée par une grande réunion à l'institut Pasteur. Le 13 décembre 1956 débutent les journées nationales de mycologie médicale présidées par le docteur Rivalier, premier président de la S.F.M.M., successeur de l'éminent mycologue Raymond Sabouraud au laboratoire des teignes de l'hôpital Saint-Louis.

Le professeur Tréfouël, directeur de l'institut Pasteur, retrace dans sa conférence inaugurale l'intérêt que l'institut Pasteur a toujours manifesté à l'égard de la mycologie médicale. Pasteur lui-même, lors des études sur la bière et les levures, observe pour la première fois le dimorphisme mycélium-levure en anaérobiose chez les Mucor qui s'avère déterminant dans la physiopathologie des champignons dimorphiques, agents de mycoses profondes. Pasteur est également le pionnier de l'aérobiologie fongique avec de remarquables dessins des champignons de l'air de l'atmosphère de l'observatoire de Paris comparée à celle des Alpes, à 2000 m, au pied du Mont-Blanc. Raulin, disciple de Pasteur, cultive Aspergillus niger sur des nouveaux milieux synthétiques ; ses travaux sont à l'origine de la découverte des oligo-éléments. D'autres disciples de Pasteur, Van Tieghem, Calmette, Duclaux, Nocard apportent une importante contribution à la mycologie.

Les communications et les rapports présentés aux journées de mycologie médicale lors de la fondation de la S.F.M.M. ont été publiés dans un volume de Mycologie Médicale, Institut Pasteur et Société Française de Mycologie Médicale, publié par l'Expansion Scientifique Française, Paris 1956, 344 p. 8 planches couleurs.

Activités

Quarante et un ans après sa création, la S.F.M.M. compte plus de six cents membres dont les activités sont consacrées à l'étude de la biologie, physiologie et pathologie des champignons pathogène pour l'homme et les animaux.

Au cours des dernières années, la pathologie des mycoses a pris une place de plus en plus grande dans la pathologie infectieuse et se présente sous des aspects entièrement nouveaux. Ces aspects se traduisent par des localisations mycosiques profondes, viscérales, voire par des septicémies survenant plus particulièrement sur un terrain immuno-compromis : greffés d'organes, malades atteints de sida, héroïnomanes ou chez d'autres groupes de malades à risque d'infections à champignons opportunistes. Nombre de ces infections font partie des infections nosocomiales contractées lors d'un séjour à l' hôpital. D'autre part, à l'époque des échanges intercontinentaux intensifs, les mycoses profondes d'importation d'origine tropicale sont considérablement répandues.

Des progrès importants ont été effectués en ce qui concerne le diagnostic et le traitement des mycoses superficielles et surtout des mycoses profondes, mortelles autrefois dans la plupart des cas.

Réunions annuelles

La SFMM, par le dynamisme de ses membres, par ses réunions annuelles et ses journées thématiques pluri-annuelles a créé une vie active abordant les grands thèmes d'actualité.

Trentième anniversaire de la SFMM

Paris, novembre 1987

Conférences :

Ces conférences ont été publiées dans le bulletin de la Société Française de Mycologie Médicale, 1997, 16, n 1, pp 9-20, retraçant l'activité de la S.F.M.M. depuis sa fondation à cette date.

 

Symposiums et colloques internationaux

Des symposiums et colloques internationaux ont eu lieu conjointement à ces réunions, tels :

Des groupes de travail se sont constitués pour la standardisation de l'antibiogramme, des milieux de culture des champignons et la plupart de ses membres participent à l'activité du GEMO (groupe d'études des mycoses opportunistes). Le Centre National de Référence pour les Mycoses et les Antifongiques (Institut Pasteur) travaille en étroite collaboration avec tous les mycologues de la SFMM.

Les membres de la SFMM sont devenus plus nombreux non seulement en France mais aussi dans de nombreux pays d'Europe, d'Afrique, des Amériques, d'Asie et d'Océanie.

Journal de Mycologie Médicale

Le bulletin de la Société Française de Mycologie Médicale, moyen d'expression de la société, non périodique à ses débuts avec deux numéros de résumés ne dépassant pas une trentaine de pages jusqu'en 1972, devient depuis cette date un bulletin périodique régulier de trois cents à cinq cents pages.

Cette croissance liée en grande partie au développement de la pathologie fongique nécessite de changer la formule du bulletin qui suit la même dynamique. A partir de 1991, une nouvelle publication en français et en anglais paraissant tous les trois mois en grand format 21 x 29 cm, le Journal de Mycologie Médicale, en remplacement du bulletin bisannuel, est édité dans des conditions techniques remarquables. Sa diffusion nationale et internationale, dans les milieux de la mycologie médicale fondamentale et appliquée aux nombreuses spécialités concernées par la mycologie comme les disciplines suivantes : infectiologie, réanimation, cancérologie, hématologie, greffe d'organes, chirurgie digestive,est mieux assurée. Il est désormais indexé dans PubMed et impacté dans le Journal of Citation Report.

Ces nouveaux développements permettent de mieux connaître les champignons et les mycoses qu'ils provoquent et d'en prévenir plus efficacement les complications. Le rédacteur actuel est le Pr Bertrand Dupont qui a succédé au Pr Jean Marie Bastide.

 

Différents membres ayant participé au conseil de rédaction :

Congrès depuis 1972

Initialement, deux congrès annuels avaient lieu. Lors de la réunion du conseil de novembre 2002, il fut décidé d'organiser une seule réunion annuelle. De 2005 à 2014, les 2 réunions annuelles se sont à nouveau tenues, en province au printemps et à Paris en automne (sauf en 2006 en raison du congrès de l'ISHAM qui s'est tenu à Paris). A l’issue de la réunion du conseil de novembre 2014, il a été décidé de revenir à l’organisation d’une seule réunion annuelle. Les membres de la Société ont l’occasion de se réunir également au cours de réunions thématiques de la SFMM. En 2014, ont été organisées 2 journées thématiques (sérologie aspergillaire, démarche qualité en mycologie selon la norme iso 15189) et en 2015 une journée portant sur les nouveaux défis à relever vis-à-vis d'Aspergillus. Enfin, plusieurs sessions sont organisées par la SFMM en partenariat avec les sociétés amies très nombreuses désormais (RICAI 2015, JFMPM 2015, Fungal cell wall 2015, FEBS Advanced Lecture Course on Human Fungal Pathogens 2015).

Réunions provinciales de la S.F.M.M, depuis 1972 :

1972 SAINT MAXIME, 1973 LILLE, 1974 TOULOUSE, 1975 GRENOBLE , 1976 STRASBOURG, 1977 ANGERS, 1978 TOULOUSE , 1979 NANCY, 1980 BESANÇON , 1981 LYON , 1982 TOURS, 1983 MONTPELLIER , 1984 LAUSANNE, 1985 RENNES, 1986 POITIERS, 1987 NICE , 1988 BORDEAUX, 1989 ROUEN, 1990 LIMOGES, 1991 TOURS, 1992 BREST, 1993 GRENOBLE , 1994 TOULOUSE, 1995 ANGERS, 1996 MONTPELLIER, 1997 BORDEAUX (ARCACHON), 1998 RENNES, 1999 STRASBOURG, 2000 CAYENNE, 2001 AMIENS, 2002 LYON, 2003 MARSEILLE, 2004 MONTPELLIER, 2005 BESANÇON, 2006 ISHAM Paris, 2007 NANCY, 2008 TOURS, 2009 POITIERS, 2010 FORT DE FRANCE, 2011 STRASBOURG, 2012 RENNES, 2013 DIJON, 2014 REIMS, 2015 BORDEAUX.

Retour haut de page